top of page

Christophe Barman c’est de l’humilité, de la passion, une mission !

Faut-il encore présenter Christophe Barman ?


Difficile de regrouper tout ce qu’il fait, tellement il en fait. Actif dans de nombreuses associations, co-fondateur de Loyco, père de famille et militant pour un monde durable et responsable.


Comment fait-on pour tout gérer ?


Et si ça commençait par la confiance ?


La confiance en soi pour pouvoir ensuite l’accorder pleinement aux autres.

Faire confiance par défaut, ne pas remettre en cause ce que l'on nous dit lui permet de préserver sa sérénité. C’est en cessant de vouloir contrôler que l’on peut réellement avancer.


Il existe des personnalités particulières, et je pense que Christophe Barman en fait partie. Il déplace des montagnes, fédère par ce qu’il est réellement, ose se positionner, lutter, militer.


Acteur de notre société, nous nous souviendrons de lui parce qu’il n’aura pas seulement dit, il aura fait !


Il porte, vit, partage ses valeurs.


Et le moteur c'est quoi ?


Une vision respectueuse du monde qui l’entoure animée par la mission de devoir le préserver.


Et pour pouvoir partager ses idées, être entendus et surtout être pris au sérieux, il a commencé par cofonder une entreprise qui prouve que différemment, plus respectueusement, ça fonctionne.


Loyco est la première société en Suisse à avoir été certifiée B Corp.


  • 18.5 millions de CA

  • 130 collaborateurs

  • Un système décisionnel à deux chambres


Ils ont mis en place la « Loycocracy », un dérivé de Holacracy, en 2018 et 5 ans plus tard, ils accompagnent d’autres sociétés à passer à ce système fabuleux.


Et oui, fabuleux et non utopique, remettre l’humain au centre, ça marche ! J’ai rencontré certains collaborateurs de Loyco avant de faire l’interview de Christophe. J’ai rarement vu des personnes aussi épanouies.


Elles dégagent quelque chose de lumineux et sont fières de faire partie de cette société.


Qu’est-ce qui fait la différence ?


La façon dont les collaborateurs sont impliqués. Ce ne sont pas des pions mais des membres à part entière. Ils ont la possibilité de prendre des parts dans la société et de voter sur ce qui sera décidé. Des rôles leurs sont attribués en fonction des compétences et aptitudes de chacun. Le collaborateur est responsabilisé et avance dans un but commun.


En gros, on prend les forces et écoute les envies de chaque collaborateur pour faire grandir une structure basée sur des fortes valeurs communes.


Autonomie et liberté d’utiliser toute sa créativité, ça fait rêver non ?!

Que se passe-t-il quand ça se passe mal ?


Quand un collaborateur ne répond pas aux critères, ne respectent pas sa part du contrat ?


On trouve une solution ensemble.

Le remercier ne servirait à rien, ce serait juste se déresponsabiliser et lâcher une personne qui a besoin d’aide, de soutien et d’accompagnement. On va trouver ensemble ce qu’il pourrait faire pour la société et qui lui conviendrait davantage. Si Loyco ne lui permet pas de s’épanouir, il nous est déjà arrivé de payer des formations à des collaborateurs en vue de rejoindre une autre société.


Que fait Loyco ?


Beaucoup d’entre nous l’ignorent pourtant connaissent le nom, les couleurs du logo et que Loyco fonctionne en holacratie.


Mais comment se fait-il que personne ne sache exactement ce qu’ils fournissent comme prestations ?


Une stratégie marketing de génie !

On parle de nos valeurs, de ce pourquoi nous nous battons, ce que nous défendons, de ce en quoi nous croyons.


Ce qui permet à Loyco d’obtenir 200 demandes via leur site internet par année. Comme quoi, parler de soi, ça marche…


Christophe, quel seraient tes trois conseils pour un entrepreneur qui se lance ?

  1. Le fait de faire confiance par défaut permet de vraiment de se préserver et de faire de nombreuses choses en parallèle. Ça libère de l’espace.

  2. S’assurer d’être aligné personnellement, physiquement et mentalement. Est-ce que je fais bien ce en quoi je crois ?

  3. Entretenir la confiance en soi, parce que c’est celle que tu seras en mesure d’accorder aux autres.

Je finirais par dire que seul, c'est impossible, il faut une équipe, des partenaires pour pouvoir avancer et avoir un réel impact.


La suite, c'est quoi pour toi ?


Depuis quelque temps, j’ai revu mes priorités. J’ai été actif longtemps dans le milieu sportif que je laisse gentiment pour me consacrer intégralement à la durabilité. Je suis notamment Président de la Fédération Romande des Consommateurs (FRC) car je crois que la transition vers une économie durable passe aussi par les citoyens qui votent et décident par leurs actes d’achat au quotidien. J’ai également pris la présidence de la nouvelle Fédération Suisses des Entreprises (FSE) qui veut montrer au niveau national qu’une autre économie, plus proche des gens et de l’environnement, est possible.


Suivez Christophe Barman et Loyco directement sur LinkedIn !


1 055 vues0 commentaire
bottom of page