top of page

Un chapeau et un cigare, voilà ce qui représente le mieux Eric Maire

Mais qui est-il réellement ? Comment est-il arrivé là ? Quelles sont ses forces et que pouvons-nous apprendre de lui ?

J’ai eu la chance de rencontrer Eric il y a déjà un an, c’était sans grande surprise, au fumoir du Royal Savoy. Souriant et à l’écoute, on a très vite sympathisé.

Aujourd’hui, Eric est devenu un mentor, une personne de confiance à qui j’expose mes nouvelles stratégies. Il m’aiguille, me conseille et surtout, il me fait gagner du temps. Souvent, sans s’en rendre compte. Je profite pour le remercier pour sa générosité.

J’ai donc l’honneur de vous présenter le portrait de cet homme expérimenté.

Une enfance qui déménage

Eric a baigné dans une culture internationale dès son plus jeune âge. Il voyageait avec ses parents un peu partout dans le monde. Un apprentissage riche et différent.

En retrouvant son pays natal, il s’est formé dans l’ingénierie mécanique puis informatique. Il faut s’imaginer que nous sommes au tout début de l’IT. Pour lui, la technologie était une évidence.

Son premier emploi lui a permis de voyager davantage, tout autour du globe, pour installer des équipements technologiques. Salarié certes mais avec une totale liberté dans la gestion de son activité. Un avant-gout de l’indépendance.

Puis, un jour, il décide de se lancer, seul.

Il est marié avec deux jeunes enfants et prend le risque de monter une boite pour développer des logiciels. Il embauche du personnel jusqu’à ce qu’il fasse faillite. Forcé de constater, qu’il n’est pas fait pour gérer d’autres personnes, lui ce qu’il aime, c'est l’indépendance. Il change alors radicalement sa manière de travailler.

Il devient consultant, ce qui est pour lui un métier fantastique. Le bémol, ça pait uniquement l’électricité.

Comment fait-on de l’argent alors ?

« Ce sont les projets que je porte personnellement, qui me permettent de réellement me développer. Des projets que je découvre grâce à mon métier de consultant. Il m’offre l’opportunité d’être au bon endroit au bon moment. Il me reste plus qu’à investir pour ensuite pouvoir en récolter les fruits. Tous les projets n’aboutissent pas, le plus important, persévérer. Parce que quand ça tombe, c’est jackpot. »

Mon conseil serait d’être présent, d’écouter et de voir ce qui se prépare. Ensuite faire confiance à son intuition et oser y aller pleinement.

Il m’est arrivé, certains mois, de devoir choisir entre : payer mon loyer dans les temps ou investir dans un projet existant que je soutiens pour honorer mes obligations envers mes associés et les employés.

Entreprendre c’est savoir se mettre « en danger » tout en ayant confiance que ça va payer.

C’est oser investir son propre argent ainsi que son temps. C’est prendre des risques tout en sachant se retourner au bon moment si la situation se complique. Et recommencer, recommencer encore et encore.

Une pandémie qui fait mal !

J’avais de nombreuses activités rentables à l’internationale qui ont été clairement compromises lors de la pandémie. Il a fallu que je trouve une alternative locale. J’ai travaillé de longues heures pour créer des produits en lien avec la gouvernance, notamment une formation. Une formation que je donne aujourd’hui à toutes les personnes intéressées par ce sujet passionnant.

C’est l’une de mes missions, transmettre ce que mon parcours m’a permis d’acquérir comme expérience. Je siège et j’ai siégé dans de nombreux conseils d’administrations et aujourd’hui, je forme les autres à soit :

  • devenir administrateur indépendant

  • soit à compléter leurs compétences pour gérer leur propre conseil d’administration

Évidemment à côté, j’ai toujours mes fameux projets. Des projets que je monte dans le but de les revendre. Pour ce faire, il faut structurer et collaborer avec des personnes de confiance. La confiance est la clé de tout projet (personnel comme professionnel). Tout doit être défini à l’avance :

  • Qui apporte quoi ? Financièrement et en termes de ressources, de temps accordé. Le temps étant la seule chose que l’on ne peut pas récupérer.

  • Qui fait quoi ?

  • Qui gère et surtout qui reçoit quoi ?

Je dirais que le plus important est de s’entourer de personnes complémentaires. Des personnes qui ont les qualités de nos défauts et qui feront très bien ce que nous ne pouvons faire.

L’importance du réseau :

Tout passe par le réseau. Il est donc primordial de savoir comment le créer et surtout comment l’entretenir.

Pour ma part, je vais à la rencontre des autres lors d’événements professionnels, de conférences et dès que j’ai l’occasion, j’accepte d’être intervenant.

Ensuite, je fais un travail de suivi via l’outil LinkedIn que j’utilise également pour communiquer sur mes activités et surtout pour fournir de l’information utile à ma communauté. Je me forme régulièrement pour rester dans le coup et me servir de toutes les fonctionnalités des outils que nous avons à disposition.

J’ai également adhéré à trois réseaux payants :


Quel est ton plus grand défi d’entrepreneur ?

Je dirais de rester focalisé ! Je dois me faire violence pour arrêter certaines choses qui ne sont plus utiles. Ou simplement reconnaitre que je ne peux pas tout faire.

As-tu un petit rituel du matin à partager ?

Je ne mets jamais de réveil et ne prends aucun rendez-vous avant 10h00. En revanche, je travaille volontiers en soirée.

Qu’est-ce qui est important pour toi pour pouvoir travailler correctement ?

Savoir organiser et avoir du matériel performant. Pour moi, une adresse email non professionnelle est à rejeter. Il est essentiel de travailler avec des personnes qui ont consciences de ce qui se passe sur le net aujourd’hui. Que nous sommes vulnérables si l'on n’y prête pas attention.

Investir dans du matériel performant et dans des systèmes de sécurité, c’est aussi ça être professionnel.

De plus, avant chaque rendez-vous, je m’informe sur la personne, l'entreprise. Je vais voir le registre du commerce, fais un tour sur LinkedIn et Google pour être préparé.

As-tu 3 conseils à nous partager ?


1. Être conscient qu’il faut savoir s’entourer


On a le sentiment biaisé que toutes les « connaissances » se retrouvent sur internet et ainsi nous pensons pouvoir tout faire seul. Une grosse erreur pour moi ! Je recommande de trouver dans son réseau des personnes qui connaissent réellement leur sujet et qui pourront ainsi vous apporter de la valeur.

2. Ce qui ne faut pas oublier quand on développe un projet

Ce n’est jamais un problème d’argent, c’est toujours une question de temps.

3. La vente


Pour vendre, il faut sortir de chez soi ! C’est une utopie de penser qu’on peut vendre depuis son bureau.

Pour terminer, je dirais que c’est ton cœur et ta passion des gens qui doivent conduire tes actions. Mon adage est d’ailleurs « Inspired by people and Technology »


191 vues0 commentaire
bottom of page